[Lecture] Goodbye, things


Lecture / mardi, octobre 29th, 2019

Fumio Sasaki est un écrivain vivant dans un petit studio de Tokyo avec trois T-shirts, quatre pantalons, quatre paires de chaussettes et pas grand-chose de plus.

Y a-t-il de la joie à posséder moins de choses ?

~

De quoi est-ce que ça parle ?

De minimalisme, comme tu as pu t’en rendre compte via ce petit résumé. Pour autant, il ne s’agit pas d’un manuel, mais plus d’un témoignage de l’auteur sur son parcours et les raisons qui l’ont poussé à entamer ce processus !

~

Ce qui ce livre peut t’apporter

Un témoignage de cette expérience plutôt radicale qu’est le passage d’une vie courante et (hyper)consommatrice à un quotidien minimaliste où l’accent est mis sur la liberté que cela suppose.

Plus qu’un simple mode de vie, j’ai appris que le minimalisme est une vraie philosophie qui interroge sur notre volonté de liberté et d’indépendance enchaînée par la société ultraconsumériste actuelle.

À travers son témoignage, l’auteur te montre qu’il s’agit d’un changement drastique, c’est vrai, mais qu’il peut être mis en place petit à petit. D’abord un objet, puis deux, puis trois, etc.

Tu aimerais savoir comment faire sans savoir par quel bout prendre la question ? Toute une partie du texte est consacrée à des astuces de désencombrement de la maison, mais aussi des scrupules et de toutes ces barrières que l’on s’impose.

Si je le perdais d’une façon ou d’une autre, est-ce que je voudrais l’acheter à nouveau au prix fort ?

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Il parle également des choses que l’on a reçues en cadeau et dont on répugne à se débarrasser, justement parce que ce sont des cadeaux. C’est la capacité de remise en perspective de l’auteur que j’ai particulièrement appréciée dans ce livre. Lorsque j’offre quelque chose à quelqu’un, je ne lui demande pas régulièrement s’il s’en sert. Personne non plus ne me l’a jamais demandé.

Je me suis rendu compte que ce n’était pas difficile, finalement, de se débarrasser d’objets. Voilà un petit moment que ce mode de vie – certes bien moins poussé que Fumio Sasaki – m’intéresse. Posséder moins d’objets permet de mettre en valeur ceux que l’on préfère et apprécier d’autant plus ce que l’on a.

L’ouvrage commence par de petits reportages photos de personnes plus ou moins avancées sur cette trajectoire. Plus avancées, surtout. Je t’avoue que j’ai du mal à me projeter dans ce degré de minimalisme. Mais cela ne signifie pas que c’est impossible !

L’auteur évoque l’origine de ce mode de vie, originaire de son pays, le Japon. Il te montre tous les bienfaits que tu pourras en retirer, et j’avoue que ça fait quand même un peu envie : économies, réduction des déchets, capacité à savourer davantage chaque moment, la gratitude pour ce que l’on possède, se sentir heureux, etc.

J’ai lu cet essai en anglais. Si tu es assez à l’aise avec cette langue, mais que lire un texte sur le minimalisme t’intimide, je ne peux que te rassurer. La plume de l’auteur est facile à lire et va à l’essentiel. N’aie donc pas peur de te lancer ! Et si tu crains quand même de ne pas t’en sortir, il existe en Français.

~

En conclusion

Je ne peux que t’inviter à découvrir ce texte afin de pouvoir apprécier tous les détails de cette philosophie de vie. J’ai énormément appris sur le sujet grâce à cette lecture et je dois avouer que disposer d’un témoignage plus que d’un manifeste purement destiné à convaincre est d’autant plus instructif.

Goodbye, things, on minimalist living.- Fumio Sasaki.- Ed. Penguin books.- Disponible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *